Le  Café  Littéraire /Au cœur du rouge

 

Dans les espaces infinis, la lumière ne fait donc rien. 
Elle attend l’œil, elle attend l’âme.

                                     Gaston Bachelard, La Psychanalyse du feu.

 

L’heure des vêpres avait sonné,
et le puissant soleil des moissons donnait à plein dans les ROUGES et les jaunes
de  la composition de verre. 
De vibrants fuseaux de couleur s’élançaient à travers la nef
pour s’étendre, en majesté, au pied du maître-autel.
On eut dit une épée de lumière fendant le poitrail vide de l’église.            

                                                                         Olivier Bleys,Pastel.

 

Les premières couleurs qui me firent grande impression sont le vert clair et vif, le blanc, le ROUGE carmin, le noir et le jaune ocre. Ces souvenirs remontent à ma troisième année. Ces couleurs appartenaient à divers objets que je ne revois pas aussi clairement que les couleurs elles-mêmes.

                                                                                                                          Wassily Kandinsky.

 

Francis Picabia, Maternité, Musée Pompidou     

« Le ROUGE, mon  enfant. Sens-tu comme il brûle ?  Son trait est pareil à la langue des dragons ! Le bleu porte une haleine froide qui soutient l’esprit, au lieu que le ROUGE porte une haleine chaude qui allume le corps. C’est pourquoi l’encre bleue sert aux écritures, et le vin rouge attise nos entrailles ! »

Olivier Bleys, Pastel.  

 

 

Une légende australienne rappelle qu’un animal totémique, un certain euro, portait le feu dans son corps. Un homme le tua. « Il examina soigneusement le corps  pour voir comment l’animal faisait du feu, d’où il venait ; il arracha l’organe génital mâle qui était très long, le fendit en deux et s’aperçut qu’il contenait un feu très ROUGE. »

Gaston Bachelard, La Psychanalyse du feu.

 

Vous objecterez encore que Novalis est le poète « de la petite fleur bleue », le poète du   myosotis lancé en gage du souvenir impérissable, au bord du précipice, dans l’ombre même de la mort. Mais allez au fond de l’inconscient ; retrouvez, avec le poète, le rêve primitif et vous verrez clairement la vérité : elle est ROUGE la petite fleur bleue !

Gaston Bachelard, La Psychanalyse du feu.

 

ROUGE... comme l'excès, la jouissance, le sans limite, la liberté, l'extrême provocation, le trop plein, la folie d'un champ de coquelicots... la cristallisation dans l'amour fou.

Sonia Rykiel, Préface du dictionnaire du CNRS sur le rouge.

 

 

Le  Café  Littéraire /Au cœur du rouge

 

Haut de page   /   Retour à la liste   /   Bibliographie sur ce thème 
Accueil  /  Calendrier  /   Expositions  /  Rencontre  /  Auteurs  /  A propos